France - Une rétrospective de l’année 2020

Quels sont les points à retenir de la pandémie de coronavirus pour le marché immobilier français

Le marché immobilier français était dans une situation assez étrange l’année dernière. Tout comme un certain nombre d’autres marchés européens, il a subi un confinement difficile entre les mois de mars et de mai, période pendant laquelle le marché s’est figé. Les visites de biens immobiliers étaient alors interdites, les chantiers se sont arrêtés, et pour ainsi dire, les seules ventes qui ont été réalisées étaient celles pour lesquelles un accord avait été passé avant la mise en place du confinement.

Le relâchement progressif des mesures de restrictions signifie que les trajets entre les régions ont été à nouveau autorisés assez tard, et la mise en place d’un nouveau confinement a limité les transactions.

Les notaires n’ont pas encore publié les chiffres du T3, mais ils ont mentionné qu’une activité importante était apparue dès la levée du confinement, avec de nombreux compromis de ventes (la première étape du contrat) qui ont été signés. Même après cela, les professionnels pensent que sur l’année entière, le nombre de transactions devrait chuter, avec moins d’un million de ventes au total.

Les prix n’ont pas changé pour autant. En ce qui concerne les reventes, les chiffres des notaires ont montré une augmentation de 5,8 % cette année, jusqu’à la fin du mois de juin, 6,6 % dans la grande couronne parisienne et 5,5 % dans les provinces. Les appartements se sont bien vendus, avec une augmentation des prix de 7 % sur la majorité du territoire, alors que les maisons n’ont vu leur prix augmenter que légèrement.

Au deuxième trimestre, les différents marchés montrent beaucoup de variations. Rouen, Bourges, Nîmes, Limoges et Bordeaux ont montré des signes de faiblesse dans le marché des reventes, alors que d’autres villes telles que Amiens et Lille, Toulouse et Montpellier, Lyon et Dijon, dans le nord-est, Metzont vu les prix augmenter de 10 %, voire plus.

De plus, il y a eu une réorganisation entre le centre de Paris et le grande Paris. La banlieue a vu ses prix croître davantage que les prix de la ville elle-même, où le niveau de prix de 11 000 euros le mètre carré semble servir de résistance. Les banlieues intérieures telles que Saint-Cloud, Sèvres, et Meudon devraient se voir attribuer une croissance pouvant atteindre 9 %, alors que même la Grande Couronne a vu une augmentation de prix supérieure à celle observée au centre de Paris.

Le marché sur Paris et en Ile-de-France

Le réseau LaForet a des données bien plus à jour, montrant des prix ayant augmenté de seulement 1 % pendant les quatre derniers mois qui se sont terminés à la fin du mois de septembre. Leurs chiffres confirment que le centre de Paris n’augmente pas davantage, avec des prix qui ont augmenté de seulement 0,4 % contre 0,9 % dans les provinces et 1,3 % en Ile-de-France - les sept départements qui entourent la ville. (Sur l’année, Paris et l’Ile-de-France restent quasiment à un prix fixe, ce qui suggère que le centre de Paris s’est affaibli à mesure que les acheteurs qui étaient restés confinés dans de petits appartements du centre ville mettaient en place leurs plans pour déménager dans une banlieue plus spacieuse et plus verte.)

Cela vaut la peine de considérer ce que vous pouvez obtenir en plus, en dehors du centre, pour la même somme. A Paris, une propriété se vend à 10 547 euros le mètre carré ; en Ile de France, vous paierez seulement 4 299 euros le mètre carré. Vous pouvez donc profiter d’un espace deux fois et demie plus grand pour une somme d’argent identique. Ajoutez à cela le fait qu'une nouvelle ligne de chemin de fer importante est en cours de création le long de la Seine, du côté ouest, vers Mantes-la-Jolie, ainsi que de nouvelles lignes de tramway vers Saint-Cyr et Saint Germain en Laye. Nous commencerions alors à regarder dans cette direction pour trouver une bonne opportunité à long terme. Le Grand Paris Express, un anneau extérieur circulaire reliant Versailles, Orly et Charles de Gaulle, contribuera également à faciliter les déplacements entre la banlieue et la ville, tout en rendant cette banlieue plus attrayante.

En outre, en ce qui concerne les nouvelles constructions, les chiffres ont chuté pendant le confinement, avec de nombreux lotissements qui ont pris du retard, et les permis de construire qui ont été réduits de 25 %. Cela a permis au prix des nouvelles bâtisses de résister, mais cela signifie que si vous voulez une nouvelle bâtisse dans l’une des principales villes françaises, vous devrez peut-être avoir besoin de rechercher de manière approfondie pour pouvoir trouver la bonne propriété.

Comment évolueront les prix à partir de maintenant ?

La France est l’un des pays les plus généreux en ce qui concerne la prise en charge des responsables d’entreprises et des employés pendant le confinement ; ceux qui ont été forcés à fermer leur magasin ou leur lieu de travail ont reçu une compensation financière, et les employés sont payés pour rester chez eux, dans le but d’aider les employeurs à les garder en tant qu’employés. Ainsi, il est très peu probable que le marché de l’immobilier résidentiel voit un grand nombre de vieilles propriétés arriver sur le marché dans un futur proche.

Cependant, il est possible que le marché reste silencieux - au moins en ce qui concerne les reventes de biens immobiliers. Il est important de mentionner que les investisseurs semblent avoir tiré leur épingle du jeu, peut-être en partie en raison de l'extension de la « trêve hivernale », en vertu de laquelle les locataires ne peuvent être expulsés pour quelque raison que ce soit, tout au long de cette année. Cela dit, il semble que dans de nombreux centres-villes, les bons appartements se louent comme des petits pains. Si vous visez un investissement à long terme, vous pouvez obtenir des rendements compris entre 6 % et 9 %, voire plus pour les biens vendus avec un locataire, bien qu'il faille éviter les villes qui connaissent des problèmes évidents (comme Béthune, où l'usine de Bridgestone vient de fermer - 3 000 emplois perdus dans une ville de seulement 24 000 habitants).

Dans la plupart des régions de France, le marché est fondamentalement déterminé par la demande intérieure. Ce qui s’avère être différent de l'Espagne et du Portugal, par exemple, où de nombreux marchés côtiers sont très dépendants de la demande étrangère. Si vous regardez les biens immobiliers français situés sur la côte ou dans les Alpes, vous verrez beaucoup d'acheteurs français et étrangers sur le marché. Et beaucoup de Parisiens se demandent actuellement s'ils veulent une résidence secondaire, car ceux qui ont pu quitter Paris avant la mise en place du confinement sont partis en vacances et ont passé de bien meilleurs moments !

email-1

Inscrivez-vous à la newsletter

Articles récents

  • Apr 19, 2022 11:47:20 AM |
  • Properstar Marketing

Le bail à loyer : 8 bonnes pratiques

  • Feb 23, 2022 11:28:41 AM |
  • Properstar Marketing

Garantie de loyer avec ou sans dépôt bancaire ? Comparatif

  • Feb 16, 2022 8:40:42 PM |
  • Properstar Marketing

Le marché immobilier suisse en 2022

email-1

Subscribe to our newsletter